Un début de saison estivale 2015 disparate

Un début de saison estivale 2015 disparate pour le secteur de l’hôtellerie-restauration… Qui s’inquiète de l’essor de l’économie grise dans les territoires

es situations sont très disparates d’un territoire à un autre, et d’un établissement à un autre. L'ensemble des professionnels s'attend à une stabilité pour le mois de juillet 2015 par rapport à 2014, voire une légère hausse de fréquentation pour les régions Provence-Alpes-Côte-D’azur, Bretagne et Normandie.

 Si la clientèle française est au rendez-vous cette année dans l’Hexagone, venant renforcer les touristes étrangers et principalement européens, les dépenses des Français sont en baisse (baisse du taux d’occupation, baisse du ticket moyen) ; ces derniers privilégiant l’hébergement non-marchand et rognant sur les sorties au restaurant.

Le développement de l’économie grise tourne à plein régime en 2015, et pas seulement à Paris. La quasi-totalité des régions constatent la forte propension des offres de location d’hébergement ou de restauration entre particuliers mis en ligne sur des plateformes communautaires. Les professionnels dénoncent la concurrence déloyale de ces activités pour la plupart illégales qui ne respectent pas la réglementation sociale, fiscale, juridique en vigueur et ne subissent aucun contrôle.

  •  Globalement, les perspectives pour le mois d’août sont à la hausse dans toutes les régions.

 Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH déclare : « Les récents indices économiques laisseraient à penser que la croissance est de retour... Mais nous sommes aujourd’hui très inquiets quant au déploiement exponentiel des offres d’hébergement et de restauration proposées par l’économie grise, soi-disant collaborative alors qu’elle déséquilibre notre marché, détruit des emplois et crée une profonde injustice fiscale et règlementaire. Si rien n’est fait, c’est le monde de l’entreprise qu’on est en train de fragiliser. »